Ça va pas?! #4

Qui transforme ce monde?

22 avril 2020 → 18h30

La quatrième rencontre de la série Ça va pas?! proposé par Marta Ponsa réuni le philosophe Emanuele Coccia et l’artiste Nicolas Maigret.

Cette séance propose de regarder l’environnement et les vivants pour réfléchir sur la capacité de tout vivant à « façonner l’environnement » par leurs actions. Par la pollinisation, la mise en circulation des graines, l’extraction de minéraux, l’environnement a toujours été en constante évolution par l’influence des vivants.

Nous ne traiterons pas uniquement du rôle de l’humain dans la transformation de la Terre. En partant d’une pensée ouverte pour considérer la place du végétal ainsi que des autres vivants dans l’évolution et la transformation du monde,  cette conversation souhaite questionner l’empreinte humaine et imaginer une autre façon de regarder les crises énergétiques et la croissance économique et industrielle à travers les expériences d’un philosophe et d’un artiste-activiste.

Emanuele Coccia

Emanuele Coccia, philosophe d’origine italienne est maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) depuis 2011. Docteur en philosophie médiévale de l’Université de Florence, Coccia a enseigné à l’Université de Fribourg-en-Bisgau entre 2008 et 2011. Il a été professeur invité à l’Université de Tokyo, à l’Université de Buenos Aires, à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf et à l’Italian Academy for Advanced Studies de l’université Columbia de New York.

Il consacre ses premières recherches à l’étude de la philosophie médiévale. Il publie ensuite, avec le philosophe Giorgio Agamben, une anthologie sur les anges dans le judaïsme, le christianisme et l’islam.  Ses recherches évoluent ensuite vers la théorie de l’image et la nature du vivant. En 2010, il publie La Vie sensible, aux éditions Rivages, une réhabilitation de la sensibilité et une réflexion sur les images.  En 2013, il publie Le bien dans les choses, dans les éditions Rivages.  En 2016, il participe à l’ouvrage collectif Adam, la nature humaine, avant et après. Épistémologie de la Chute, sous la direction d’Irène Rosier-Catach et Gianluca Briguglia (Éditions de la Sorbonne).

En 2017, son essai La Vie des plantes reçoit le Prix des Rencontres philosophiques de Monaco, et il est traduit en dix langues. Cet ouvrage part du point de vue des plantes pour comprendre le monde comme un lieu de véritable mélange métaphysique.

Il publie en 2020 Métamorphoses dans les éditions Rivages, où il affirme que la métamorphose – ce phénomène qui permet à une même vie de subsister en des corps disparates – est aussi la relation qui lie toutes les espèces entre elles, qui unit le vivant au minéral. En 2019, Coccia est conseiller scientifique de l’exposition « Nous les arbres » à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Nicolas Maigret

Nicolas Maigret est artiste et enseignant.  Il est membre du collectif DISNOVATION.ORG , qu’il a fondé en 2012 avec Maria Roszkowska et que l’artiste et philosophe Baruch Gottlieb a rejoint en 2018.

Ce collectif artistique est un groupe de travail international dont les actions se situent au croisement des arts contemporains, de la recherche et du hacking. Ensemble, ils développent des situations d’interférence, de débat et de spéculation visant à questionner les idéologies techno-positivistes dominantes et à stimuler l’émergence de récits post-croissance.

Leurs recherches se matérialisent sous forme d’installations, de performances, de sites web et d’événements. Ils ont récemment co-édité A Bestiary of the Anthropocene, un atlas des créatures hybrides d’origine anthropique, et The Pirate Book, une anthologie sur le piratage de contenus culturels.

Leurs travaux ont été présentés dans de nombreux centres culturels et festivals dont le Jeu de Paume (Paris), Centre Pompidou (Paris), Transmediale (Berlin), the Museum of Art and Design (New York), FILE (São Paulo), ZKM (Karlsruhe), Strelka Institute (Moscow), ISEA (Hong Kong), Elektra (Montréal), China Museum of Digital Arts (Beijing), ou encore le Chaos Computer Congress (Hamburg). Leur travail a été représenté dans Forbes, Vice, Wired, Motherboard, Libération, Die Zeit, Arte TV, Next Nature, Hyperallergic, Le Temps, Neural.it, Digicult, Gizmodo, Seattle Weekly, torrentfreak.com, et Filmmaker Magazine parmi d’autres.