Dédiée à la formation, à la recherche, et à l’expérimentation à la fois artistique, scientifique et technique des créateurs et des créatrices des images contemporaines, l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP) est également un espace de rencontres et de partage entre étudiant.e.s, enseignant.e.s, artistes, chercheur.cheuse.s et citoyen.ne.s.

Établissement d’enseignement supérieur sous la tutelle du Ministère de la Culture, l’ENSP est située à Arles au sud de la France, ville emblématique de la culture photographique. En 2020, l’École d’Arles a déménagé dans un bâtiment de 5000 m2 tout en transparence, signé par l’architecte français Marc Barani et qui permet de poursuivre ses activités d’enseignement, tout en proposant des espaces ouverts au public : une salle d’expositions de 450 m2, un auditorium de 185 places, une bibliothèque avec plus de 30 000 exemplaires et un Fablab, laboratoire de fabrication et de création numérique d’objets et d’images de toute sorte.

Fière de sans cesse développer de nouvelles réflexions interdisciplinaires et d’encourager la pluralité des pratiques artistiques autour de la photographie et des images, plusieurs sphères de formations et d’activités se croisent à l’École d’Arles: de la Formation initiale, diplômante, à la Formation professionnelle continue et certifiante, sans oublier la recherche avec le Doctorat en partenariat avec l’Université d’Aix-Marseille, les activités proposées aux amateurs avec les Cours de photographie pour tous, ou encore, la jeune création internationale au travers du programme de résidence et de mentorat de recherche et de création qui lui est consacré.

Fondée à Arles en 1982, l’École nationale supérieure de la photographie est la seule école d’art en France exclusivement consacrée à la photographie.

Dès 1979, Lucien Clergue, Maryse Cordesse et Alain Desvergnes s’entendent pour créer un lieu d’étude, de niveau universitaire, où l’on enseignerait la pratique et les techniques photographiques mais où la réflexion serait élargie au champ culturel du medium et de l’art en général

Avec l’appui du maire de l’époque, Jacques Perrot, les Rencontres d’Arles se retrouvent dotées d’un bâtiment au 16 rue des Arènes et la décision est alors prise de consacrer ce lieu à l’enseignement de la photographie. C’est le délégué aux Arts plastiques de l’époque, Claude Mollard, qui conseilla de créer une association de l’école.

En 1982, grâce au projet finalisé et suite à l’élection de François Mitterrand, l’école entre dans les grands projets culturels du président.

Depuis des années, Lucien Clergue, Maryse Cordesse, Jean-Maurice Rouquette, Michel Tournier avaient fait d’Arles une capitale incontestable et incontestée de la photographie. C’est la raison pour laquelle il fut décidé d’y installer une école nationale de la photographie, hommage aux fondateurs des Rencontres, mais aussi reconnaissance de la cité arlesienne comme forum mondial de la photo , patrie de la photographie.

La pédagogie mise en place par Alain Desvergnes est à l’époque totalement novatrice. Se basant sur une petite équipe d’enseignant.e.s, un système de résidence d’artistes et d’intervenant.e.s se met en place. L’école nationale de la photographie mise sur la liberté créatrice, la découverte et la responsabilité de ses étudiant.e.s.

L’école nationale de la photographie s’est transformée, au fil du temps et par la succession de ses directeurs, en établissement public en 2005, devenant ainsi l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP).
Depuis la fin 2019, concomitamment au déménagement, une première directrice a été nommée, la catalane Marta Gili.