L’École nationale supérieure de la photographie est fondée à Arles en 1982, neuf ans après la création du festival international de la photographie, aujourd’hui Les Rencontres d’Arles, par Lucien Clergue, Maryse Cordesse et Alain Desvergnes. Ils s’entendent alors pour créer un lieu d’étude et formation, de niveau universitaire, autour de la pratique de la photographie et ses implications techniques, esthétiques, culturelles et sociales.

Pendant près de 40 ans, de 1982 à 2019, l’école a investi l’un des plus beaux hôtels particuliers d’Arles, l’Hôtel Quiqueran de Beaujeu au 16 rue des Arènes, dont  l’ancienne chapelle servait de galerie aux étudiants, la Galerie Arena.

En 2019, un nouveau bâtiment de 5000m2, pensé toute en transparence et en ouverture vers le public, dessiné par l’architecte Marc Barani, a été inauguré et pleinement occupé par les étudiant.e.s et les équipes à l’aube de l’année 2020.

Le premier étage, en rez-de-boulevard, est ouvert au public, avec son auditorium de 185 places et ses 450 m2 de salle d’exposition.

L’étage intermédiaire, plus intime, s’organise autour d’un patio, et héberge des espaces où se côtoient les étudiant.e.s et le public extérieur, avec trois salles de monstration des travaux des étudiant.e.s , la bibliothèque et ses 30 000 volumes ainsi que les espaces dédiés à la Formation continue, et au Fablab.

Enfin, l’étage inférieur, en rez-de-jardin, abrite l’essentiel des espaces pédagogiques avec les laboratoires de photographie couleur comme noir et blanc, argentique comme numérique, des salles d’infographie, de video et de son, ainsi que trois studios de prise de vue. L’école est l’un des derniers établissements – peut-être le dernier – à poursuivre la pratique des procédés anciens aux côtés des pratiques photographiques et audiovisuelles les plus contemporaines.

Les financements:

Le coût global de la construction du bâtiment a été de 22 270 000 d’euros, dont:

› 16 520 000 d’euros du Ministère de la Culture

› 4 750 000 d’euros alloué par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’azur

› 1 000 000  d’euros provenant de la communauté d’Agglomération ACCM (Arles Crau Camargue Montagnette)

Enfin le terrain a été cédé par la ville pour un euro symbolique.

Les surfaces:

› 5000m2 de surface totale

› 1 plateau d’exposition de 450m2

› Un auditorium de 185 places

› Un amphithéâtre extérieur

› Un Fablab de 65m2

› Plus de 500m2 de patios, jardins et galeries extérieures

› Des espaces de travail pour accueillir artistes et chercheurs en résidence pédagogique

› Une bibliothèque de 30 000 ouvrages

› 3 studios de prise de vue

› Des ateliers techniques, des salles de cours et de monstration, des équipements performants et innovants

Le 16 rue des Arènes

Il s’agit d’un des plus beaux hôtels particuliers d’Arles construit dans le style des grands hôtels parisiens du milieu du XVIIIème siècle.
Ce vaste et élégant hôtel fut acquis en 1755 par la famille des Quiqueran de Beaujeu, puissante famille arlésienne qui compta parmi ses membres de nombreux chevaliers de Malte, de brillants militaires, des érudits et de grands prélats. La famille Quiqueran de Beaujeu émigra au moment de la Révolution et l’hôtel, par elle déserté, abrita de 1816 à 1821 le Tribunal Civil de première instance. Il servit ensuite de demeure à la famille de Mandon, qui y installa le couvent du Bon Pasteur en 1837.

À partir de 1865, l’archevêché d’Aix-Arles y installa un couvent de Sœurs Gardes-Malades qui devait être transféré à Nîmes en 1977.
En 1978, la municipalité d’Arles acheta le couvent pour y loger, entre 1979 à 1989, le Centre Permanent des Rencontres Internationales de la Photographie puis, entre 1982 et 2020, l’École nationale de la photographie. L’institution de 2100 m2 comporte une bibliothèque spécialisée de 13 600 volumes, une salle d’archives, un auditorium de 144 places, des laboratoires argentique et numérique individuels et collectifs (noir et blanc, couleur), des régies vidéo, une salle de séminaire, des salles de monstration, un studio de prise de vue, des chambres et un appartement pour les intervenants extérieurs.

L’ancienne chapelle, construite plus tardivement (XIXème siècle), a été transformée en salle d’exposition sous le nom de Galerie Arena.