Prune Phi
Topographies
Photographie, dessin, vidéo, 2016

Lieux de la résidence :
• L'Institut de la vision à Paris: Groupe de recherche dirigé par Deniz Dalkara.
• Le Centre d’Investigation Clinique, service de l’hôpital des 15-20 à Paris: Service dirigé par José-Alain Sahel et projet suivi par Céline Chaumette.

Les chercheurs de l’Institut de la Vision et du Centre d’Investigation Clinique à Paris œuvrent pour le recouvrement de la vue de patients atteints de maladies dégénératives ; ils recourent notamment à la thérapie génique et aux implants rétiniens.

Lors de ses résidences, Prune Phi constate un paradoxe intrinsèque à la recherche : grâce à leurs instruments scientifiques, les chercheurs traitent de la vue à une échelle pourtant microscopique et insaisissable à l’œil nu. Elle collecte des images saisies lors d’auscultations médicales et propose une relecture de ce matériau qui au delà de sa composante scientifique prend ici une dimension poétique. L’artiste endosse le rôle du chercheur, elle permet ainsi un déchiffrement inédit de ces images, opérant notamment des glissements d’échelles. Les images de vaisseaux sanguins ou de cellules oculaires photographiés, vidéographiés ou modélisés en 3D sont soumises à de nouveaux recoupements typologiques. La rétine est par exemple transformée en des topographies semblables à des vues aériennes de montagnes. Prune Phi invente ici une nouvelle science de la vision en basculant à la fois le paradigme du chercheur et le regard du spectateur.

Texte de Caroline Bernard


Interview de Céline Chaumette, Orthoptiste au CIC (Centre d’investigation Clinique) en charge de la rééducation des patients à l’hôpital des 15-20 à Paris.

Interview de Deniz Dalkara, group leader à l’Institut de la Vision à Paris dont les recherches portent sur les thérapies géniques et modèles animaux pour les maladies neurodégénératives.

Interview de Marcela Garita, docteur en thérapie cellulaire et médecine régénérative, pharmacienne dans le domaine de la différenciation des cellules souches vers les cellules rétiniennes, chercheuse à l’Institut de la Vision à Paris.

Interview de Hanen Kabou, doctorante jeune chercheuse en biologie, plus précisément en neuroscience à l’Institut de la Vision à Paris.