Pour l’édition 2018 de la Biennale de l’image possible, le centre d’art Les Brasseurs à Liège invite et propose pour la seconde fois, une carte blanche en co-commissariat à l’Ecole nationale supérieure de la photographie. Cette exposition présente huit jeunes artistes diplômés de l’ENSP, en écho à l’intensité de la présence, l’exploration de nouveaux espaces et l’expression des mouvements non-résignés et libres, fils rouges de l’édition 2018 de la Biennale de l’Image Possible.

Comme un écho à l’oeuvre d’Octavio Paz, qui ne cessait “de s’interroger sur l’enracinement de l’homme dans son lieu, dans son temps, dans son acte de parole”, cette  flamme double où “l’amour y tient assurément la place majeure. Encore faut-il qu’on sache le reconnaître sous ses multiples visages, en dépit de ses travestissements et de ses trahisons.”, s’anime autour de huit artistes diplômés de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles.

Réinventer l’espace commun et l’espace intime. Se jouer des limites, celles que l’on croit imposées, et celles qui dérangent. Se travestir, subvertir le réel, et laisser aller. Jouir de cette  liberté que l’artiste va chercher.

Sous forme de satire artistique des temps modernes, Louis Matton, Robin Lopvet, François Bellabas et Alfredo Coloma remettent en question à la fois l’économie de marché, l’urbanisation poussée à l’extrême, le pouvoir des lobbys et le statut d’artiste dans son environnement.

Pour Rebecca Topakian, Lila Neutre, Jonathan Llense, ou Guillaume Delleuse, le corps devient le terrain de jeux et du je.  Les artistes capturent ces moments libérés et libertaires où le corps convoque avec plaisir l’instinct de l’instant, et avec humour celui du jeux et du travestissement.

Entrée libre du 17 février au 25 mars 2018
du jeudi au dimanche de 13h à 18h

Les Brasseurs – Art contemporain
Rue du Pont 26
4000 Liège
Belgique

La Biennale de l’image possible